Mise à jour le samedi 18 juin 2016

 
       
Accueil Randonnée   Recherche

Haut de Cry   2969 m
Itre du Bouis

 
Station / village Ardon
 
Route d'accès http://maps.google.ch
Parking http://map.geo.admin.ch
Carte interactive http://map.geo.admin.ch
Carte de l'itinéraire http://map.geo.admin.ch
 
Dénivellation ~▲ / ▼   1730 m
Cotation T4
Temps total effectué 7 h 00
Rythme choisi  
 
wikipedia www.camptocamp.org    
       
Sommet visité le mercredi 25 septembre 2013
 


Ma première page web sur l'Haut de Cry m'a valu bien des messages, c'est la preuve que ce sommet imposant en dessus de la vallée du Rhône est admiré ou en tout cas important dans le coeur des Valaisans.

Ils ne sont cependant pas les seuls, car tous les alpinistes ou randonneurs de passage entre Martigny et Sion auront forcément les yeux attirés par ce majestueux sommet avec sa face Sud incroyable.

Depuis quelques mois il était donc devenu évident pour moi que je devais retourner sur ce magnifique sommet afin de proposer des images de la voie normale.
J'espérais secrètement arriver à motiver définitivement ceux qui ont une forte envie de visite mais qui n'osent juste pas.

Après avoir visionné mes photos vous trouverez en bas de page mon point de vue.
Cette randonnée peut être envisagée mais . . . . . .
 

 

Pour une fois, commençons par l'approche en voiture.

Il s'agit d'aller parquer à l'Airette, mais ni google map ni mon GPS ne connaissent cette route.
Pour cette raison j'ai mis ci-dessus le lien google map de la route d'accès, la route de la vallée.

 

Le ton est donné ça grimpe sec, mais pour le moment elle est goudronnée.  :-)

 

Magnifique parcours dans les vignes

 

Fin des vignes mais la pente ne change pas, elle augmente même.

 

Les croisements pourraient devenir difficile, d'ailleurs j'ai testé.

 

Peu de risque que vous ratiez le virage si vous n'avez pas plusieurs centaines de chevaux sous le capot, la pente ne donnant pas la possibilité de faire le fangio.

 

 

 

 

 

Il n'est pas interdit de lire les TP depuis la voiture car c'est rassurant de voir que je suis sur l'unique chemin qui même au parking de l'Airette.
Version agrandie.

 

Mais à Montau il y a un autre plaisir, c'est la fin du goudron et le début des chutes de pierres.

 

Premier passage sport ? noooon, il est à plat et il a une barrière.

 

 

 

En voilà un un peu plus sympa, c'est le passage de la Tine.

 

Bien creusé, au printemps par temps de pluie ça doit débiter.

 

La route presque sans pente ce qui n'est pas le cas en dessus et en dessous, mais pas eu le temps de poser une barrière.

 

 

 

Les longues traversées en forêt seraient agréables si il n'y avait pas le problème du croisement.

 

 

 

La traversée de combe Neire est "bien" également.

 

Mais bon, avec une route de ce style il faut quand même lever les yeux non ?

 

Au centre de la photo, c'est la route. :-)

 

Le torrent a également bien creusé son passage favori.

 

Et une petite dernière pour la motivation.

 

Arrivée à l'Airette, le demi tour est facile après les deux arbres, et il y a la possibilité de laisser 4 ou 5 voitures. Peu de risque qu'il y ait plus de monde.

D'autres photos de cette route à la descente en fin de page.

 

Première partie, la montée au Grenier puis au Chalet d'Einzon.
Comme vous pouvez voir sur la carte, il y a un certain nombre de virages en épingle, pour savoir combien vous devez parcourir mes photos jusqu'au bout.  :-)

 

D'après le TP il faudra 1h10, cela me parait gentil.
Version agrandie.

 

Pas d'échauffement, le sentier part à gauche de la route et il est immédiatement bien raide ce qui n'est pas désagréable puisqu'il reste 1700 mètres de dénivellation.

 

Pour ces 400 premiers mètres, ce sera forêt, forêt et forêt.

 

 

 

Afin de pouvoir donner le nombre exact de virages je me suis amusé à les photographier tous, mais comme ombre et soleil ne font pas bon ménage pour les photos, il faudra attendre celles du retour.
Si vous voulez voir une photo de chaque virage ce qui je suis certain vous motive totalement, il faut attendre la fin de la page.  :-)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mont Gond

 

 

 

 

 

 

 

 

Au loin, la Quille du Diable.

 

 

Quille du Diable  ou  Tour St-Martin

 

 

Marre des virages ?

 

 

 

 

 

 

 

Passage près d'une ruine, il s'agit du Grenier d'Einzon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entrée dans l'alpage d'Einzon.

 

 

 

Petit moment de répit, jusqu'au chalet le sentier effectue une jolie traversée à travers pâturage et forêt clairsemée.

 

 

 

Traversée d'un couloir bien taillé comme la plupart dans la région.

 

 

 

 

 

Sculpté en V celui-ci, juste avant le chalet.

 

 

 

 

 

 

 

Partie intermédiaire maintenant.
Il s'agit de monter 300 mètres jusqu'à l'Itre du Bouis à travers les pâturages.
Il faut profiter du sentier, car après c'est terminé.

 

Version agrandie.

 

 

 

Le sentier n'est pas vraiment visible en dessus du chalet, mais on le retrouve au niveau de la croix.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Est-ce qu'un monstre s'aiguiserait les griffes?

 

La dent d'en face est de plus en plus belle.

Mont Gond

 

 

 

 

Le sentier va grimper en lacets jusqu'à ce petit col au centre de la photo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mètres à traverser et ce sera le petit col.

 

La première combattante est localisée et elle semble au repos. Je l'ignore et j'espère bien qu'elle en fera de même.

 

Les copines de Mme semblent bien éloignées, je tente une traversée au milieu de leur nourriture.

 

 

 

 

 

 

 

Me sentant observé, je choisi la version bord du pâturage au milieu des mélèzes.

 

L'Itre du Bouis est en vue.

 

Boui-boui ou non le décors est splendide.

 

 

 

Une dernière petite traversée avec son traditionnel couloir.

 

 

 

 

 

Le voici de face, en pleine rénovation.

L'Itre du Bouis

La pièce principale.

 

Le dortoir avec les matelas du type "militaire"

 

Et le panorama du petit déjeuner.

 

La suite n'est plus considérée comme une randonnée, fin du balisage officiel.
Le tracé général est facile, il faut suivre le fond du vallon jusque sous la face nord du Haut de Cry, puis trouver une sente qui se situe à l'aplomb du col à gauche du sommet.

 

Version agrandie.

 

 

 

Une petite dernière du pointu d'en face, est-il visitable en version randonnée ?

Mont Gond

Une vague sente derrière le refuge donne l'impression d'aller direction le Haut de Cry, mais c'est plus probable qu'il s'agit d'une version pour les bovins.

 

Dans tous les cas il n'y a pas de soucis d'orientation, il faut remonter le vallon en restant au fond.

 

Après quelques mètres on aperçoit le sommet, il est partiellement enneigé.

                                                                                                                         Haut de Cry

 

 

Joli caillou à droite de la Forcla.

 

 

 

A 2100 mètres environ c'est la fin de l'herbe, bienvenue dans le monde minéral.

 

 

 

Plus de sente, pas de trace de peinture, pas de cairn, le rêve.

 

Vu d'ici le peu de neige ne m'inquiète pas vraiment, une fois sur place mon avis sera très très différent.

 

La règle d'économie d'énergie est simple, il faut viser tous les névés.

 

A gauche ou à droite du caillou?, c'est le type de question difficile qui vous attend dans ce vallon qui va devenir interminable.

 

 

 

Beau travail d'empilement.

 

 

 

Les ressauts de l'arête est du Mont à Perron sont magnifiquement découpés mais avec les piles d'ardoises de la région cela n'invite pas trop à les escalader.

 

Un cairn, mais à part rester au fond du vallon je ne vois pas d'autres possibilités.

 

 

 

 

 

 

 

La pente s'accentue mais au niveau du gros bloc une sente devient bien marquée et bien agréable.

 

 

 

 

 

Petite traversée à gauche pour rejoindre une épaule herbeuse plus facile à remonter qu'un tas de cailloux branlants.

 

Quelques 4000 Valaisans commencent à montrer leurs pointes déjà bien enneigées.

 

 

 

 

 

Le sommet est maintenant bien en face, je peux commencer à imaginer le passage le plus simple en remontant des névés.
Le sommet s'atteint par une traversée de gauche à droite en passant 10 mètres sous le faux sommet, et la barre de rocher précédente se franchit par un des couloirs bien à gauche.
En 2010 j'avais escaladé le couloir qui se termine entre les deux sommets, mais il n'y avait pas de neige et surtout j'ignorais qu'il y avait une belle trace plus à gauche.

 

Une ammonite géante peut-être.  :-)

 

 

 

 

 

 

 

Non la croix du sommet n'est pas visible et sur le sommet secondaire il s'agit d'un randonneur.

Haut de Cry

 

Mont à Perron

Ci-dessous les différentes pointes sur l'arête est de l'Haut de Cry.
Depuis le versant nord il est impossible de deviner quelle est la pointe la plus haute car il n'y a que 18 mètres de différence.

 

J'ai beaucoup de chance, la très longue langue de névé de droite va me faciliter grandement la tâche.
Le randonneur précédent avait choisi celle de gauche.

 

 

 

La neige n'est pas molle sans être trop dure, et comme j'ai des souliers à semelles rigides c'est un vrai plaisir de remonter cette bande de neige.

 

La pente s'accentue, je commence à me maudire car j'ai retiré mon piolet du sac ce matin en partant de la maison.
Ce passage était si facile car sans neige en 2010.

 

Nouvelle donne, le randonneur est entrain de redescendre et il me bombarde de pierres . . . rrrrr je n'ai pas de casque.
Le passage officiel étant à gauche, je remonte le plus possible les pentes à droite pour ne plus être dans l'axe de tir.

 

Je me souviens que la première petite barre de rocher de 5 mètres se franchit facilement à de nombreux endroits. (celle en dessus du névé)

 

 

 

La première barre est franchie, le randonneur est à ma hauteur, je peux commencer à m'occuper uniquement de la suite de l'itinéraire.
J'effectue une traversée à gauche afin de rejoindre les traces de mon prédécesseur.

 

 

 

 

 

La pente est raide, la neige est dure et le sol gelé. Je commence à comprendre pourquoi mon prédécesseur a mis autant de temps à passer

 

Sans les marques de passage j'aurais stoppé ici.

 

Le petit couloir de neige est trop dure, impossible de planter le pied. Il faut maintenant escalader ces blocs ce qui à première vue n'est pas un soucis, mais 3 prises sur 4 sont branlantes et se cassent quand je tire dessus. :-(

 

Enfin je rejoins la sente traversante finale.

 

 

 

La traversée sous l'avant sommet est beaucoup trop délicate avec la neige, je vais devoir me contenter de l'avant sommet, déception.

 

Le vrai sommet est si proche mais il y a cette brèche de 5 mètres.

 

Finalement l'arête se désescalade facilement. Il y a de grosses prises solides, mais le vide est quand même monstrueux si vous aller trop côté Sud.

 

Ci dessous, les franchissements de l'avant sommet:
- la vire traditionnelle
- l'éperon à déescalader.

 

 

 

A sommet exceptionnel, boite de passage exceptionnelle avec le livre et l'abricotine.
Pour moi c'est du jamais vu.
Version agrandie.   ( désolé pour la qualité )

 

 

Grand Muveran

 

    Tête Ronde                         Sommet des Diablerets                                                   Oldenhorn

 

Wildhorn

 

Sommet est de l'Haut de Cry

 

Les Mayens de Chamoson

 

Dent Blanche                                                                             Cervin

 

Weisshorn

 

  Tournelon Blanc                 Combin de la Tsessette       Combin de Grafeneire               Petit Combin

 

Mont Blanc

La vidéo du panorama 360°depuis le sommet du Haut de Cry.

 

La descente s'effectue exactement par le même itinéraire.
En premier rejoindre l'avant sommet en descendant à la brèche par cette vire branlante,

 

Depuis l'avant sommet la trace est évidente.

 

 

 

La traversée délicate l'est toujours à la descente malheureusement.

 

 

 

De ce replat on devine la sente en zig zag, sur place elle n'était pas si évidente à trouver.

 

J'entends des pierres qui roulent à ma gauche, et finalement je découvre un randonneur.
Où est-il ?
Version agrandie.

 

Pour la descente les névés sont trop raides et dures pour oser se glisser, alors ce sera le plaisir de la caillasse.

 

 

 

 

 

 

 

Les spéléos auraient du travail, mais entrer dans un trou où tous les bords sont branlants, il faut oser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à l'Itre du Bouis

 

 

Dent Blanche

Avec un tel panorama j'y passerais bien la soirée puis la nuit.

 

 

 

 

 

Entrée dans le parc aux vaches, où sont-elles ?

 

Trois se courent après sur la gauche.

 

Deux autres m'observent attentivement.

 

 

 

 

 

Arrivée au chalet d'Einzon.

 

Plus que 40 minutes et un certain nombre de virages, et je serai à la voiture.
Version agrandie.

 

 

 

Le superbe couloir en V, ce doit être impressionnant en cas d'orage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fin de l'alpage.

 

Arrivée au Grenier d'Einzon et premier virage.
Comme promis j'ai fait une photo par virage afin d'en connaître le nombre exacte.
Cette suite de photos est complètement rébarbative, mais sur place comment croyez-vous que c'est de les faire à la montée puis à la descente ?

 

 

 

Virage 2

 

Virage 3

 

Virage 4

 

Virage 5

 

Virage 6

 

Virage 7

 

Virage 8 et 9

 

Virage 9

 

Virage 10

 

 

 

Virage 11

 

Virage 12

 

Virage 13

 

Virage 14

 

Virage 15

 

 

 

Virage 16

 

 

 

Virage 17

 

 

 

Virage 18

 

Virage 19

 

Virage 20

 

 

 

Virage 21

 

Virage 22

 

Virage 23

 

Virage 24

 

Virage 25

 

Virage 26

 

Virage 27

 

 

 

Virage 28

 

 

 

Virage 29

 

Virage 30

 

Virage 31

 

Virage 32

 

Virage 33

 

 

 

Virage 34

 

Virage 35

 

Virage 36

 

Virage 37

 

 

 

Virage 38 . . . c'est le dernier.

 

En face ce n'est pas le résultat d'un tir à la mitraillette, mais bien le tunnel de la route de Derborence.

 

Arrivée à l'Airette.

 

 

 

Comme promis voici encore une série de photos de la route, ou piste c'est selon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée à Ardon, fin des émotions.

 
Mon point de vue:

Pour commencer, l'accès en voiture n'est pas facile:
- Il y a des passages vertigineux sans barrières de protection.
- Croisement difficile voir impossible dans bien des passages.
- La pente est par endroit assez raide dans le tronçon non goudronné, ce qui rend impossible un démarrage si vous n'avez pas une traction 4x4 car les roues patinent.
- La traversée de certains couloirs ne doit pas être rassurante lors de très fortes pluies ou orages.

La randonnée:
- Jusqu'à l'Itre du Bouis, aucun problème par beau temps en fin de saison. T2
- A la fonte des neiges ou par temps de pluie ou d'orage, j'imagine que la traversée de deux torrents entre le Grenier et le chalet d'Einzon doit poser des problèmes.
- Depuis l'Itre du Bouis il n'y a plus de balisage, mais il n'y a aucun problème de recherche d'itinéraire jusque vers 2840 mètres. T2
- De 2840m au sommet, attention:
En 2010 j'avais trouvé un terrain sec et sans névé, alors excepté les 10 derniers mètres entre l'avant sommet et le sommet le parcours était facile.
Ce 25 sept. 2013 avec de la neige gelée par endroit c'était autre chose. Très très délicat, sans crampons et piolet ce n'était pas raisonnable.

Mais c'est un beau sommet, je vous souhaite de trouver les bonnes conditions pour le gravir.

 

Attention:
Je répète que les photos ne rendent que très rarement la pente.
- la route est par endroit très raide pour un véhicule normal, et la pente finale du versant nord du Haut de Cry est également très raide. Il faut donc de bonnes conditions ou un équipement adéquat en plus des capacités.
 

 


A voir également
 

Grand Chavalard

Grand Muveran

Grande Dent de Morcles

Haut de Cry

Petite Dent de Morcles

Pointe d'Aufalle

 

 

Randonnée effectuée en solitaire le mercredi 25 septembre 2013

Publicité google

 
 
 
 
 
 
Accueil Randonnée   Recherche
 

Auteur: