Mise à jour le dimanche 18 septembre 2016

 
       
Accueil Randonnée   Recherche

Le Pleureur   3704 m
La Grande Ashle

 
Station / village Bagnes
 
Parking http://maps.google.ch
 
Carte interactive http://map.geo.admin.ch
Carte de l'itinéraire http://map.geo.admin.ch
 
Dénivellation ~▲ / ▼   1863 m
Cotation T5 / T6
Temps total effectué 8 h 00
Rythme choisi Entraîné
 
  www.camptocamp.org www.altituderando.com  
       
Tentative de visite du Pleureur le dimanche 7 août 2016
 


Cette introduction est identique sur mes deux pages concernant mes ascensions du Pleureur en 2016.
Tentative au Pleureur le 7 août 2016
Ascension du Pleureur le 1 septembre 2016

Il y a des itinéraires qui deviennent à la mode durant quelques années, c'est le cas actuellement de cette ascension du Pleureur via la Grande Ashle.

Plusieurs sites web en parlent, et on dirait qu'il y a un concours à celui qui dira que c'était le plus facile, le plus court, le plus évident, le moins exposé, etc...

Mon point de vue est très différent, cet itinéraire fait partie des 5 pires que j'aie parcouru, je le déconseille fortement à cause des nombreux passages très exposés dans des pentes de caillasse instables.
Evidemment si vous êtes Ueli, Kilian ou quelqu'un du même niveau, c'est différent.

Voilà c'est dit, j'assume, vous pouvez en faire ce que vous voulez, mais faite en bon usage.

Voici maintenant mes images et observations qui je l'espère vous aiderons à prendre une bonne décision.
 

 
Le parking version google 2016
Coordonnées GPS:    46.002478  ,  7.342490  ou 
46°00'08.9"N  ,  7°20'33.0"E

http://maps.google.ch

Il y a beaucoup de visiteurs à Mauvoisin en été, mais il y a bien de la place.

 

Détail très agréable et donc très apprécié, il y a des WC public gratuit et propre au parking.
( C'était le cas lors de mes trois visites en 2015 et 16 )

 

L'accès au départ du sentier.
 

Les versants est des Tavés sont déjà ensoleillés, mais heureusement pour moi je vais dans le versant ouest du Pleureur encore à l'ombre pour presque deux heures.

 

 

Le Pleureur

Le Pleureur n'est pas un itinéraire de randonnée, il n'est pas balisé.
Direction le mur du barrage qu'il faudra traverser.
Version agrandie.

 

 

 

Le sentier du barrage de Mauvoisin est un itinéraire didactique concernant la construction du barrage et la vie des ouvriers.
www.sentiers-decouverte.ch

 

 

 

 

 

Pour les minimalistes signalons que la route du barrage est interdite à la circulation, excepté autorisation communale,  et qu'il y a des caméras.  ;-)

 

 

                Tête du Sarshlau                    la Torbesse              le Parrain

Un petit tunnel peut s'éviter par le sentier à l'intérieur du virage.

 

 

 

 

Barrage de Mauvoisin

Le tunnel suivant ne peut s'éviter, il donne accès à la route sur la voute.

 

La suite à gauche.

 

Version agrandie.

 

 

 

 

 

 

                            Le Pleureur

 

 

 

                                                          Mont Gelé

A l'autre extrémité du mur il faut franchir trois tunnels.

 

 

 

 
 
 

                                                                                                                 Tournelon Blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

Peu après la sortie du troisième tunnel, l'échelle de départ du sentier.

 

La montée au "refuge" de Giétro

 

Immédiatement après l'échelle le sentier est équipé d'un câble.

 

N'imaginez pas être au calme, le bruit de la cascade d'en face est assourdissant.
L'eau est captée au bas des glaciers de Corbassière et du Petit Combin

 

 

Mont Gelé

Le sentier longe le dessus du tunnel franchi précédemment.

 

Voici la deuxième échelle, bien plus haute.

 

 

 

Le sentier repart sur la droite, il devient très vertigineux mais il est équipé d'un câble à gauche et d'un autre à droite.

 

 

Barrage de Mauvoisin

 

 

 

 

 

 

 

 

Je rattrape quatre randonneurs alpinistes qui effectuent une traversée jusqu'à Zermatt via les cabanes des Dix et des Vignettes, Je n'envie pas leurs sacs énormes.

 

Le sentier va maintenant remonter la pente herbeuse à l'aide de très nombreux zigzags.

 

 

 

 

 

Les passages ne sont pas délicats malgré les apparences, mais la pente raide ne permet quand même pas les roulés-boulés.

 

 

 

Malgré l'ombre il faut admettre que c'est très beau.

 

Il y a des milliers d'edelweiss, mais je suis incapable de les photographier correctement.  :-(

 

 

 

 

Tour de Boussine

 

 

 

 

Un passage surprenant, le sentier descend à peine en direction de la gorge mais malgré que la suite est à gauche il faut le suivre.

 

 

 

Avec de la hauteur les Tavés deviennent nettement moins impressionnants.

 

 

Tournelon Blanc

 

Tour de Boussine

 

Lac de Mauvoisin

Le sentier s'approche de la falaise, le couloir et la chaîne ne sont pas encore visible mais ils sont à gauche avant le ruisseau.

 

Petite traversée à gauche.

 

 

 

Et puis sur la droite on distingue la chaîne dans un passage terreux herbeux.

 

L'équipement est neuf, chaînes et spits ont été remplacés récemment.

 

 

 

Le passage équipé n'est pas long, 20-30 mètres, mais il est terriblement glissant sans être difficile.

 

 

 

 

 

Et puis soudain en levant les yeux je découvre que les randonneurs avaient raison, il a neigé durant les orages du jeudi soir.
Je ne me suis absolument pas méfié car dans le bassin Lémanique il n'y a eu aucune précipitation.

 

Après quelques minutes de sentier voici le dernier passage équipé de chaînes.

 

 

 

C'est un peu du luxe car la roche est solide, propre et peu inclinée, mais cela a l'avantage d'indiquer le passage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui arrivent du haut sans connaître le passage, la chaîne est bien rassurante avec ces dalles fuyantes.

 

Et voici le "refuge" de Giétro.

 

Le sentier, les échelles et les chaînes, le refuge, tout a été installé pour permettre l'accès aux équipements nécessaires pour les observations et mesures du glacier du Giétro qui a fait des misères au val de Bagnes.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Glacier_du_Giétro

 

 

    Becca de la Lia                           Tavé des Chasseurs                  Grand Tavé

La montée à la Grande Ashle.

 

La suite de l'itinéraire est la sente qui se situe à gauche (ouest) du refuge de Giétro, et non à droite ou par l'échelle comme indiqué dans certains blogs.

 

Il s'agit de grimper sur la moraine, c'est raide mais c'est agréable grâce au décors et au soleil.

 

Sur la gauche de nombreux bouquetins m'ignorent.

 

 

 

 

 

 

Glacier du Giétro

 

 

 

Mont Gelé

 
 
 

Mont Blanc de Cheilon

 

La Luette

 

 

Je ne suis pas encore à 3000 mètres et déjà il y a des restes de neige fraîche.

 

 

 

Une sente . . . quelle sente ?

 

Le topo dit: On remonte ensuite un pierrier par une sente jusque sous la Grande Ashle.
Il y a bien quelques bouts de sentes, mais dans tous les sens, ce qui donne vraiment l'impression d'être des versions bouquetins.
Néanmoins je vise ces deux petites tours rocheuses.

 

La pente est très raide, il n'y a aucune sente, seul une impression de trace "droit en bas"

 

 

La Luette

 

 

 

Mont Blanc de Cheilon

 

la Ruinette

 

 

Pour se repérer, sur la tour ouest il y a un panneau solaire

 

La pente se redresse encore, toujours aucune sente nette.

 

Cette dernière pente est très pénible à grimper car à chaque pas vous reculez d'un demi.

 

 

Grand Combin

 

Les Combins                      de la Tsessette                  de Grafeneire                  de Valsorey     Tournelon Blanc

 

 

 
 
 

Val de Bagnes

De la Grande Ashle au Pleureur.

 

Une cordée arrive durant mon ravitaillement, je profite de me renseigner sur les conditions et particulièrement sur l'enneigement.
Nous parlons la même langue mais malgré plusieurs tentatives je ne reçois aucune réponse.
Chacun pour soi semble être leur devise.

 

Une première zone de dalles couvertes de caillasse donne accès à l'arête.

 

 

 

Puis le topo dit, l'arête facile conduit au sommet.
Impossible de savoir si c'est vrai avant d'y aller, car pour cette partie il y a peu de photos ou vidéos disponibles sur le web.

 

Des dalles et du gravats, c'est le menu.

 

Cette première partie a déjà quelques petits ressauts, mais pas trop inquiétants car peu haut.

 

Celui-ci est déjà plus dérangeant car la pente de droite est bien plus inclinée qu'il n'y parait sur cette image.

 

Passer sur le fil de l'arête n'est pas envisageable, dans la pente de droite c'est franchement délicat et très exposé.

 

Encore un ressaut impossible à franchir sur le fil, il faudra se guanguiller dans la pente de droite.

 

Je grimpe une espèce de rainure.

 

 

la Ruinette

Pour le paysage rien à redire, c'est le top.

Mont Blanc de Cheilon

Un bout d'arête un peu plus calme.

 

 

 

 

 

Encore de petits ressauts malcommodes qu'il faut négocier dans la caillasse de droite.

 

Celui-ci fait 5 - 6 mètres, l'éviter par la droite sera très compliqué.

 

Et encore un . . .

 

 

 

La pente à droite de l'arête est d'une instabilité crasse.

 

 

 

J'observe la suite et cela devient une évidence, je dois dire stop à cette mascarade.
La réalité du terrain ne correspond pas au topo que j'avais compris, je n'étais pas prêt pour un parcours avec de nombreux passages très exposés où il est impossible de poser les pieds et de se tenir correctement à cause de la caillasse.

 

Le ciel était d'une limpidité extraordinaire ce qui m'aurait permis de réaliser une superbe vidéo, mais bon, il faudra se contenter de ces quatre photos.

 

 

          Dent d'Hérens                                                 Pigne d'Arolla

 

                  Mont Blanc de Cheilon                                                        la Ruinette

 

Demi-tour maintenant, pour le retour j'ai utilisé le même itinéraire en essayant de trouver les meilleures passages possibles.

 
 

 

Les prises de vues contre le bas donnent une meilleure indication des pentes.
A droite direction val de Bagnes c'est quasiment vertical, à gauche direction glacier du Giétro on est dans les 60-70 degrés

 

 

 

 

 

Les sentes se voient mieux depuis le haut, mais ça reste délicat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fin de l'arête, me voici sous la Grande Ashle.
Il est plus facile de repérer les passages à la descente, surtout que dans ce cas il s'agit de sentes dans la terre et la caillasse.
Un couple croisé dans la descente qui en était à sa troisième ascension du Pleureur m'a donné une première indication, il faut toujours suivre la sente en contrebas de l'arête.

 

Les quatre randonneurs croisés le matin visent le col de Cheilon.

 

 

 

 

Dents du Midi

 

Pigne d'Arolla

 

Mont Rouge du Giétro

 

Grand Combin

La sente dans le pierrier est existe à nouveau après le passage de dix personnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Glacier du Giétro

La traversée en direction de la moraine n'est par contre pas très visible.

 

 

Les Combins . . .                         de Boveire                      de Corbassière                     et le Petit

 

 

 

 

 

 

 

 

Le départ de la chaîne est indiqué avec cairn et pieux métallique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chaîne du couloir terreux est hautement appréciable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version agrandie du panneau.

 

 

 

 

 

 

 

La douche naturelle bien utile pour se désaler la peau.  :-)

 

 

 

 

 

 

Mauvoisin

 

Val de Bagnes

 

 

 

 

 

                                            Le Pleureur

 

Mon point de vue:

Comme pour l'introduction, le texte de mon point de vue est identique sur mes deux pages concernant mes ascensions du Pleureur en 2016.
Tentative au Pleureur le 7 août 2016
Ascension du Pleureur le 1 septembre 2016

Suite à ma page sur le Barrhorn où je parle du plus haut sommet randonnable de Suisse, un internaute, Pascal, me signala que pour lui le Pleureur était le plus haut car il culmine à 3704 m ce qui donne 94 m de plus.
Et bien c'est exactement ce type d'informations que je désire démentir avec force, car selon moi cela peux mettre en danger un randonneur peu expérimenté et peu documenté.  (excuse moi Pascal)

L'ascension du Pleureur par la Grande Ashle est un itinéraire d'alpinisme car il n'est pas balisé, il n'y a pas de poteaux indicateurs sur le parcours, il n'y a pas de sentier tracé sur la carte.
( alors que c'est le cas pour le Barrhorn )

Après ces deux journées au Pleureur je peux affirmer que les conditions et difficultés peuvent être très différentes d'un jour à l'autre, alors ceux qui sont tombés sur un bon jour seraient bien avisés de ne pas insister sur la soi-disante facilité de ce parcours.

Jusqu'au refuge de Giétro je ne vois pas de problèmes particuliers, il s'agit d'un sentier avec des passages câblés, des passages vertigineux, mais cela reste dans du T4.
Les premiers câbles ont un certain age mais ils sont là pour l'équilibre et pour rassurer, les chaînes dans les passages où il est bon de se tirer un peu sont toutes neuves et fixées avec des spits neufs.

La sente sur la moraine en dessus du refuge est également sans spécialités, elle est raide mais bien marquée.

Dès la sortie de la moraine ça se gâte. La sente dans l'herbe est peu visible, il y a aussi des itinéraires pour les bouquetins, les cairns sont petits et pas forcément visibles.
Un passage d'une cinquantaine de mètre s'effectue en remontant dans un ruisseau qui coulait lors de ma visite du 7 août, je ne l'avais pas trouvé alors que le 1 septembre c'était évident.

La pente de terre et pierraille sous la Grande Ashle est tellement meuble qu'après de grosses et fortes précipitations toutes les sentes sont effacées.
Le 7 août il n'y avait que des petits bouts de traces, le 1 septembre la sente était bien tracée et de qualité régulière.

Dès la Grande Ashle les grosses difficultés arrivent, ce n'est pas l'arête facile conduisant au sommet.

Si vous suivez le fil de l'arête il y a de nombreux ressauts à franchir dans une roche pourrie de chez pourrie. A gauche c'est la falaise verticale sur plusieurs centaines de mètres, à droite c'est une pente très raide sur au minimum plusieurs dizaines de mètres.
Il n'est pas possible d'assurer correctement le 1er de cordée, le deuxième étant assuré à l'épaule.
Si vous suivez le fil de l'arête et que vous désirez éviter les ressauts en passant dans la pente à droite vous aurez de nombreux passages foireux avec une très grosse exposition.

La solution est clairement de suivre la sente dans la pente de droite, elle ne passe quasiment jamais sur le fil de l'arête mais plutôt 20 à 30 mètres en dessous.
Dans certains passages il y a plusieurs sentes dont certaines plus délicates, comme il est quasiment impossible de faire toujours juste, la cotation passe parfois de T5 à T6
Cette sente est également totalement soumise aux précipitations, après du mauvais temps elle est donc de partiellement à totalement effacée. C'était le cas le 7 août.

Pour la descente je recommande le versant sud depuis le petit col. Il y a une traversée de 4 mètres où il faut être concentré car la falaise en dessous fait 5-6 mètres, cela permet d'éviter les nombreux passages très exposés empruntés à la montée.
 

En résumé:
- Itinéraire avec beaucoup trop de passages exposés.
- Itinéraire où il est impossible d'assurer correctement avec une corde.
- Itinéraire nécessitant l'absence de neige ou glace, sinon la difficulté est encore plus grande.
- Itinéraire nécessitant une bonne visibilité, car si les sentes sont effacées cela devient impossible.
- Cotation randonnée T5-T6, mais c'est beaucoup plus compliqué et exposé que le Grand Muveran qui est aussi côté T5
- Pas une bonne idée de se faire attraper par la pluie ou l'orage entre la Grande Ashle et le sommet.
 

Si vraiment vous voulez essayer ce parcours il faut y aller en fin de saison quand il y aura eu bien des passages de randonneurs. et surtout pas les jours suivant des précipitations.
Idéalement avec quelqu'un qui a déjà passé par là.

 

 


A voir également

Le Pleureur

Mont Avril

                      
Via ferrata des Gorges de Mauvoisin

 

 

Randonnée effectuée en solitaire le dimanche 7 août 2016

Publicité google

 
 
 
 
 
 
Accueil Randonnée   Recherche
 

Auteur: