Mise à jour le dimanche 23 octobre 2016

 
       
Accueil Randonnée   Recherche

Schwarzhorn   3105 m
Gemmipass
Lämmerenhütte

 
Station / village Loèche-les-Bains
 
Parking http://maps.google.ch
 
Carte interactive http://map.geo.admin.ch
Carte de l'itinéraire http://map.geo.admin.ch
 
Dénivellation ~▲ / ▼   1725 m
Cotation T4
Temps total effectué 9 h 30
Rythme choisi  
 
wikipedia www.camptocamp.org    
       
Sommet visité le jeudi 22 août 2013
 


En préparant ma page web sur les sentiers sécurisés et via ferrata de Suisse, je suis tombé sur des photos d'échelles et d'une poutre sur un itinéraire du Schwarzhorn de Loèche-les-Bains alors que je n'en avais jamais entendu parler.

Comme l'approche pouvait s'effectuer via le magnifique sentier du col de la Gemmi, ma motivation était grande d'aller y faire un tour et de ramener des images vertigineuses en commençant par celles de la Gemmi.

J'ai choisi d'effectuer le parcours intégral et en un jour, mais plusieurs solutions sont à dispositions. Dormir à la Gemmi ou à la Lämmerenhütte, monter en téléphérique à la Gemmi, etc...

Place aux photos . . . .
 

 

J'avais choisi judicieusement l'hôtel afin de ne pas devoir traverser Leukerbad à l'aube, mais en plus la Gemmi était en face de notre chambre. Bon pour la motivation dès le réveil.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le sentier de la Gemmi, il passe dans la gorge en plein centre de la photo.

 

La Montée à la Gemmi.
Depuis Leukerbad il est impensable qu'un sentier raide mais sans difficulté technique monte à la Gemmi, et pourtant. . . .
Attention quand même si vous êtes tétanisé par le vide, il faut peut-être éviter de le faire à la descente.

http://map.geo.admin.ch

Il est 07h05 et le soleil frappe déjà le haut du Daubenhorn, paroi dans laquelle a été équipée la via ferrata.

 
En deux photos, le panneau TP de la place de sport.
Deux heures pour le col de la Gemmi, c'est ce qui me concerne.

 

Je remonte la rue déserte jusqu'à la station de départ du téléphérique que je ne prendrais pas.

 
Gemmibahnen à gauche.
 
Quatre minutes ont passé depuis le dernier panneau, mais le temps pour la Gemmi reste le même.

 
Les dernières bicoques.
 

Je lève de temps en temps la tête pour oublier la grisaille et l'humidité qui règne encore dans ce fond de vallée.

 
 
 

Surprenant pour un sentier, un panneau d'ouverture ou de fermeture.
En regardant les poteaux qui tiennent la barrière tout au long de l'itinéraire, je comprends qu'ils sont démontés pour l'hiver.

 
Commence le long chemin d'approche de la paroi, il paraitra encore plus long au retour. Bizarre non ?
 

 

 
 
 

 

 
Le grincement de l'ouverture du portail a certainement été très apprécié par les campeurs.
 

 

 
Les baskets sont-elles considérées comme chaussures de bonne qualité ? C'est la question.
Toutes les personnes croisées durant ma descente étaient équipées de baskets.
Version agrandie.
 

 

 

 

 
 
 

 

 

 

 
Interdit aux vélos, les photos suivantes devraient suffire à expliquer la raison.
 

 

 

 

 
Encore un peu de lecture, sympa le "bon voyage".
 

Le soleil est proche, mais pour l'instant le reflet des parois est impressionnant et éclaire fortement mon chemin.

 

 

 
Encore une photo du Daubenhorn, mais le contraste avec mon chemin frisquet en forêt est saisissant.
 

 

 

 

 
En face le Weisshorn et son grand gendarme.
 

Derniers instants d'ombre, à la fois content de pouvoir enfin se réchauffer et inquiet de la future chaleur.

 

 

 
Dernier zag à l'ombre.
 

C'est fait, la crème solaire est déjà étendue.

 

Première cabine, avec ou sans ferratistes ?

 
 
 

 

 

Le chemin est encore bien large, la sensibilité au vertige n'est pas encore entraînée.

 
Loèche et la famille dorment encore, bouuuuuuuu.
 

Les premières barrières apparaissent, les choses sérieuses commencent.

 

Une dernière recommandation.

 
 
 

 

 

Le sentier s'enfile dans la gorge.
Attention, plusieurs tours vous surveillent et sont prêtes à vous envoyer quelques cailloux en cas de non observation des consignes.

 
Les zags serrés commencent,
 

 

 

 

 
 
 

On commence à avoir le vertige ?  :-))

 

 

 
 
 

 

 

Quelques petits passages moins vertigineux pour reprendre ses esprits, mais ce n'est pas fini.

 
 
 

 

 

 

 
 
 

 

 

 

 
 
 

 

 

Le vertige revient ? Amusant l'effet qu'on peut donner avec une photo.

 
 
 

 

 

Et encore une "charrette" de ferratistes peut-être.

 
 
 

 

 

Et comme dans les trains, il faut poinçonner son ticket de randonnée.

 
 
 

 

 

 

 
 
 

 

 

 

 
 
 

 

 

 

 
 
 

 

 

 

 

Dans ce virage se trouve le départ du sentier de la via ferrata du Daubenhorn.
J'ai mis 1h10 depuis le départ du téléphérique.
Est-ce une bonne idée de monter en télé et de redescendre jusqu'ici ?

 

 

 

 

 
 
 

 

 

Les premiers ferratistes sont en approche, comme moi ils perdent beaucoup de temps en photos.

 

Le départ du sentier de la via ferrata se situe dans le virage où il y a le pylône électrique. (pas dans celui d'avant)

 

 

 

 

 
Le sentier est nettement moins vertigineux sur le haut.
 

Le col de la Gemmi se rapproche sérieusement.

 

Deuxième équipe de ferratistes en approche.

 
L'arrivée du télé est également toute proche, mais je n'y passerai pas.
 

 

 

 

 
 
 

Sur cette photo les deux épaules sont bien visibles et elles ont les deux des pylônes, mais c'est bien celle du bas qu'il faut atteindre pour commencer la via.

 

Le sentier devient très bétonné, mais le premier but est proche.

 
Encore un petit rappel plein de bon sens.
 

Et c'est l'arrivée au col.

 

Version agrandie.

 
Changement de type de parcours, l'approche quasiment plate de la Lämmerenhütte.
A l'aller après la montée à la Gemmi c'est bien, au retour c'est un peu longuet.
http://map.geo.admin.ch
Direction ouest, à plat, sur un beau sentier.

 
Vu la distance et la dénivellation qui me restent, le chemin du sud me conviendra bien.

 
Mais bientôt l'entrée d'un tunnel, c'est la première fois que je le vois ouvert aux piétons.

 
Bunkertunnel begehbar, selon google traduction:  Tunnel de Bunker accessible.

 
Sympa la variante, sauf qu'avec les lunettes de soleil cela n'aide pas.

 
Je ne l'ai pas seulement trouvé accessible, j'ai trouvé cette variante sympa.

 
 

 
 

 
 
 
 
 
 
 
Le sentier passe par ce qui ressemble étrangement à un ancien bisse taillé dans le roc.
 
Sur la droite le paisible ruisseau du Lämmerhendalu.
Cette photo à 08h55, et la suivante à 15h15.
 
A 15h15 la cascade est un peu plus agressive et l'eau moins bleu.
 
 
 
Passé l'ancien petit mur du barrage, le vallon devient bien plat.
 
 
 
Quelques zones humides s'évitent en restant bien rive droite. (à gauche en montant)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et voici enfin le sommet qui me motive, le Schwarzhorn.
 
Désespérément plat.
 
 
 
 
 
En me retournant je constate qu'il y a de l'avance, mais à peine plus de la moitié.
 
Un petit divertissement le temps de me rafraîchir les mains.
 
 
 
 
 
Et le plat continue.
 
Le Schwarzhorn devient un peu plus visible, mais c'est qu'il reste pas mal à grimper.
 
Arrivée au pont avec bifurcation pour le Lämmerensee
 
Pas de changement pour moi, toujours la hütte comme but intermédiaire.
 
Fin de l'interminable plat, puis petite ascension en direction de la Lämmerenhütte.
http://map.geo.admin.ch
Le programme ne change pas, tout droit, tout plat.
 
Avis aux loups, des moutons sans patou.
 
Une fois encore, le but du jour.
Schwarzhorn
La cabane est en point de mire, mais quand même raz le bol de ce plat.
 
 
 
( Tracé approximatif )
 
Un nouveau pont sur le ruisseau toujours bien calme, voir la photo au retour.
 
 
 
Encore 300 mètres de plat avant la montée à la cabane, ouf.
 
 
 
Un groupe descend de la cabane à 09h33, chacun son but.
 
 
 
 
 
 
 
Ca monte et ça fait des zags, enfin un vrai sentier de montagne.
 
Pour bien mesurer les distances, regarder la taille des randonneurs à l'approche de la rivière.
 
 
 
 
 
 
 

Et pour la première fois je visionne le Lämmerensee.
Il est bien caché, quand on descend du Daubenhorn ce qui m'est arrivé trois fois, on ne le voit pas.

 
 
 
Le sentier s'enfile maintenant dans le petit vallon.
 
 
 
Sentier a été taillé dans le roc.
 
Une corde fixe puis des chaînes sont à disposition pour améliorer votre équilibre.
 
 
 
 
 
C'est l'instant idéal pour sursauter un petit coup grâce au passage du ravitailleur.
 
 
 
Encore quelques câbles et barrières.
 
 
 
Un dernier virage et . . .
 
et . . .
 
et il est temps de regarder d'où je viens.
 
et . . .
 
et la cabane est en vue, très proche.
 
son petit lac.
 
son trampoline.
 
ses panneaux.
 
La voici, et devant le Schwarzhorn.
Lämmerenhütte
Bien belle cette "nouvelle version".   www.laemmerenhuette.ch
 
Le repas du soir précédent n'étant pas tout à fait digéré, je me décide pour un coca bien frais.
 
Passons maintenant à l'étape "sérieuse" pour laquelle je suis venu, l'ascension du Schwarzhorn.
Le sentier n'existe pas sur la carte.
http://map.geo.admin.ch
Un vague topo trouvé sur le web disait de suivre les cairns. Mais lesquelles ?
 
 
 
 

 

Les deux sentiers entourés de cairns et de cailloux se dirigeant vers le sud se rejoignent pour ne former qu'un.

 
La direction à suivre dorénavant, Cabane des Violettes

 
 
 
Et effectivement il ne reste que les cairns utiles.

 

Vous pouvez remarquer sur les différentes photos qu'un effort remarquable a été entrepris pour réaliser ce sentier. Même sans les cairns il est impensable de se perdre quand il n'y a pas de neige.

 
Le Col de la Gemmi est déjà bien loin, mais je dois y retourner au retour.
 
 

 
 
 
 

 
 
 
Regarder ce balisage, exceptionnel.

 
 

 

Le ruisseau n'est pas encore gonflé par la fonte des neiges, au retour cette planche sera certainement indispensable.

 
Au fond du vallon, le Wildstrubelgletscher.

 
Il ne reste que de la montée, 650 mètres que j'espère un peu variée voir sportive.

 
La qualité du balisage est toujours remarquable.

 
Sur place impossible d'imaginer "le passage", et comme il n'y a rien sur la carte. . . .
( Tracé approximatif )

 
 

 
 

 
 

 
Pas certain que tous les cairns passent l'hiver.

 
 

 
Premier névé, pas trop raide.

 
 

Grossstrubel
 

 
Une longue traversée ascendante, mais avec un sentier confortable.

 
 

 

Toujours difficile d'imaginer le passage, mais je commence à penser que le sentier va contourner ce pilier.

 
 

 
 

 
 

 
Passage par une vire très raide mais pas vertigineuse.

 
 

 
Le glacier du Lämmerengletscher est tout près, mais on ne s'en approchera pas plus.

 
Quelques petites barres rocheuses sont équipées d'un câble pour aider à son franchissement.

 
 

Lämmerensee
 

 
Le sentier zig zag dans la pente raide sous la tour rocheuse, sans sentier ce serait la galère.

 
 

 
Autre passage équipé d'un câble.

 
 

 
 

 
Câble encore.

 

Cette fois je visualise le passage supposé un peu plus vertigineux, il commence par une échelle à l'intérieur de cette cheminée - dièdre..

 
 

 
Les derniers mètres se parcourent à raz la falaise, la pente à gauche devient sévère.

 
Deux petites échelles pour l'échauffement avant un superbe escalier métallique.

 
 

 
 

 
Bien vertigineux, mais tellement confortable.

 

La sortie de l'échelle est surprenante, mais avec trois câbles à droite et un à gauche, les mains trouvent de l'appui.

 
Approche de la poutre figurant souvent sur l'unique photo de l'itinéraire.

 
Avec beaucoup de vide et un seul câble pour se tenir, pas donné à tous de supporter j'imagine.

 
La suite, une vire terreuse terriblement vertigineuse et glissante.

 
 

 
La même photo avec la priorité du réglage sur le glacier en arrière.
Je sais qu'une photo HDR aurait résolu ce problème, mais alors le contraste n'est plus naturel.

 
Une suite de petits ressauts rocheux pour continuer.

 
Puis retour dans une pente raide de caillasse.

 
 

 
Le ressaut est franchi, il ne reste qu'une longue remontée de cette épaule arrondie et pierreuse.

 

De beaux cairns indiquent le passage idéal, mais comme il n'y a plus de difficulté il n'est pas nécessaire de les frôler.

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
Sommet en vue, enfin c'est ce que tous le monde doit croire depuis ce point.

 
A l'ouest du Rothornlücke ce joli bloc rocheux mériterait un nom, mais ce n'est pas le cas.
Pas de nom, pas de visite.  :-)

 
 

 

Le but du sentier étant la Rothornlücke puis la cabane des Violettes et non le Schwarzhorn, il part à droite.

 

Cette photo est intéressante pour les randonneurs à skis venant de la Plaine Morte et désirant descendre le vallon des Outannes.
Le Rothorn se contourne par le Nord en passant par le Schneejoch à droite, puis le Rothornlücke à gauche.

                                                     Rothorn   (la bosse de gauche)

Pour l'instant cailloux . . cailloux . . .cailloux.

 
 

 
 

 
Le sommet est proche.

 
Mais ce n'est pas le sommet, le vrai de 9 mètres plus élevé est 200 mètres à l'Est.

 
 

 
Plein sud ce magnifique petit lac, également sans nom sur la carte.

                                          Trubelstock

 

 
Cairn en vue, le sommet ?

 
Et bien oui, c'est le vrai sommet.

 
Une pierre placée verticalement cache le trésor.

 
Le Gipfelbuch.

 
Il y a encore de la place pour étendre votre prose, allez visiter le Schwarzhorn.

 
 

 
Le Daubensee et au premier plan à droite le Daubenhorn, arrivée de la via ferrata.

Altels  Rinderhorn  Balmhorn
 

Lämmerenhütte
Les Strubels: le Wild, le Mittel, le Gross et le Gletscher.
( cela ne se dit jamais comme cela )

        Wildstrubel                    Mittelgipfel                                                               Grossstrubel

 

Steghorn
Et celui ressemblant étrangement à la Tour de Mayen vue depuis la Tour d'aï , le Trubelstock.

Trubelstock
La vidéo du panorama depuis le sommet du Schwarzhorn.

 
Le panorama version photos.

Monte Leone
 

                                      Fletschhorn       Lagginhorn                           Weissmeis

 

                                                                                   Dom        Täschhorn             Rimpfischhorn

 

                                                            Bishorn      Weisshorn

 

                             Ober Gabelhorn                                   Matterhorn                         Pointe de Zinal

 

                                                               Dent Blanche                       Dent d'Hérens

 

                       Pigne d'Arolla                 la Serpentine                 Mont Blanc de Cheilon    la Ruinette

 

                       Combin de la Tsessette   Combin de Grafeneire  Combin de Valsorey

 

 Mont Blanc
 

Wildhorn
Le retour:
Malgré que j'aie fait du stop je dois me contenter d'un retour à pieds.
Excepté le passage sous la Lämmerenhütte, le cheminement est identique à celui de l'aller

 
Le petit bout d'arête arrondie comme échauffement.

 
 

 
Je lui ai imaginé un nom, la quille.

 
Puis la descente au col Rothornlücke

 
 

                    Rothorn                                                                                         Schneehorn

La structure du sol est étonnante près du col, les cailloux sont placés verticalement et très serrés.

 
 

                                                  Rothorn

La Lämmerahütte, je ne l'ai pas trouvée.

 
Deux dernières photos du lac car je l'ai trouvé superbe.

 
 

 

Depuis le col je traverse le névé pour rejoindre l'épaule arrondie et ses cairns, celle que j'ai parcouru à la montée.

 
 

 
 

 
Coulée de terre sur la neige ?

 
 

 
 

 
 

                                                                                                    Schneehorn

 

 
 

 
La pente devient de plus en plus raide.

 
Un attroupement de cairns indique le passage obligé pour trouver le câble.

 

L'impression est tout autre à la descente, c'est très raide et inquiétant car le sentier caillouteux gravillonneux n'est pas des plus stables. 

 

Les piquets métalliques à peine visible doivent rassurer ceux qui empruntent ce passage à la descente pour la première fois.

 
Juste en dessous les gradins équipés d'un câble fixé à des piquets métalliques.

 
La suite c'est la vire caillouteuse et glissante équipée d'un câble également.

 
Pas large la vire, et il y a de la hauteur.

 
 

 
La poutre, là au moins on peut poser les pieds à plat.

 
Un dernier passage pas simple avant l'échelle.

 
Puis le confort . . .

 
Il reste deux échelles verticales, mais comme il n'y a pas beaucoup de vide elles passent facilement.

 
Le pied de la falaise atteint, les passages vertigineux sont terminés.

 
Il reste cependant quelques passages équipés d'un câble.

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

Lämmerengletscher
 

Wildstrubelgletscher
 

 
Le passage pour se glisser ne sera pas long.

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 

J'envisage de court-circuiter la remontée à la Lämmerenhütte en coupant sous les barres de rocher mais je n'ai rien lu à ce sujet, alors on verra.   ( Tracé approximatif )

 
 

 
 

 
 

 
 

 
C'est depuis là que je vais tenter une variante.

 
Afin de mettre toutes les chances de mon côté, j'ai revêtu ma soutane.

 

L'idée est de descendre par la rive gauche du torrent en suivant le canapé le plus bas.

http://map.geo.admin.ch
Début dans de la caillasse à plat.

 
Traversée d'un ruisseau secondaire.

 
Puis il faut viser le canapé du bas.

 
Finalement je découvre que le passage est balisé "en gros" par des piquets rouges.
( A peine visible sur la photo. )

 
 

 
Le torrent déverse de magnifiques volumes d'eau en bas les falaises, pas idéal pour le canyoning.

 
Traversée pas trop difficile en dessous de petites falaises, piquet suivant en vue.

 
Il y a même de petits cairns.

 

A droite le torrent, à gauche des grimpeurs qui hurlent à chaque mouvement dans une langue inconnue, c'est le grand calme à la montagne.

 
Dès que le sentier de la cabane est visible, il faut commencer à descendre en suivant le lit du ruisseau asséché.

 

En face le Lämmerensee, non il ne penche pas
Cela choque sur la photo mais cette vision est due au côté gauche plus éloigné que le droite.

 
Eh oui, il faudra bientôt se résigner à la traversée de trois kilomètres jusqu' à la Gemmi.

 

Voilà le passage le plus raide.
L'idée est de descendre le plus à gauche possible le long de la falaise, là où coule le ruisseau quand il y a de l'eau.

 
Le début est simple.

 
 

 
 

 
Quand cela devient trop raide, il faut traverser à gauche sur le rebord d'herbe.

 
A l'endroit où la traversée n'est plus possible, plusieurs amarrages sont disponibles.
Par condition sèche il est possible de dé-escalader un petit ressaut d'environ un mètre. Deux pas de III sans câble.

 
Quelques mètres à descendre avant le deuxième passage plus délicat.

 
Ce ressaut d'environ cinq mètres en piles de plaques de rochers doit être dé-escalader, plusieurs pas de II
Photo agrandie.

 
Vue d'ensemble.
Photo agrandie.

 
La vue éloignée. ( Tracé approximatif )

 
Et voici les trois kilomètres à plat, un VTT ce serait bien.

 
 

 
 

 
 

 
Dès le torrent franchi il faut commuter sur "off" sinon la déprime va s'installer.

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
Pour éviter de remonter cinq mètres je traverse à nouveau le bunkertunnel.

 
 
 

Avis à ceux qui sont fatigués et qui veulent prendre le téléphérique pour redescendre à Leukerbad, il est là-haut.  :-)

 
 

 
Eh oui le télé et le bistrot sont ouverts, mais il faut monter.  :-)

 
Petit rappel, pas de VTT sur le chemin Gemmi -> Leukerbad.
C'est très bien ainsi car la cohabitation serait difficile.

 
 

Kleines Torrenthorn

Après les photos de la montée, voici la version descente afin d'apprécier les passages vertigineux sous un autre angle.

 
 

 
La nouvelle cabine de la Gemmi.

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
 

 
Et c'est l'entrée dans Leukerbad, vous devez ralentir car la vitesse est limitée à 30.

 
Et maintenant, la banane.   :-)

 

Mon point de vue:

La montée au col de la Gemmi est une randonnée incontournable accessible à toutes personnes faisant un minimum de sport. Si vous n'avez pas de souliers de randonnées ou si vous êtes peu entraîné, mieux vaut parcourir ce chemin à la montée. Les glissades arrivent à la descente et les courbatures également.

La montée à la Lämmerenhütte est un mal nécessaire. La cabane et ses environs sont magnifiques, mais les trois kilomètres de plat avant la montée finale peuvent être assez casse-pieds.
Néanmoins pas de difficultés particulières, accessible pour beaucoup.

L'itinéraire du Schwarzhorn est dans un autre registre. Par bonne condition avec le terrain dégelé et sans neige, c'est du T4 avec cependant le passage après la poutre que j'évalue en T5 à cause de la largeur de la vire, de la présence de beaucoup de vide, et par la qualité du terrain caillouteux terreux.
En condition gelée et vu la raideur il faut des crampons.

Le passage sécurisé m'interpelle. Est-il raisonnable de passer une vire aussi exposée sans s'assurer ?
Pour moi un baudrier ultra léger avec une sangle pour se crocher au câble dans ce type de passage, cela ne serait de loin pas stupide.

( J'en ai acheté un maintenant, avec la sangle et le mousqueton il pèse moins de 400 grammes )
Lors des randonnées d'été engagées j'ai toujours un piolet ultra léger, dorénavant j'ajouterai le baudrier si je sais qu'il y a un câble.
Cette idée n'engage que moi, je préfère devenir un vieux randonneur plutôt qu'un bon randonneur.  ;-)

 

 


A voir également


Rinderhorn

Schwarzhorn

Torrenthorn

Wildstrubel

 

Les échelles de Varen

Les échelles d'Albinen

Les gorges de la Dala

 

La via ferrata du Daubenhorn

La via aventure de la Gemmi

 

Gemmipass

Lämmerenhütte

 

 

Randonnée effectuée en solitaire le jeudi 22 août 2013

Publicité google

 
 
 
 
 
 
Accueil Randonnée   Recherche
 

Auteur: