Mise à jour le samedi 20 février 2016

 
       
Accueil Randonnée   Recherche

Le Gstellihorn   2820 m

 
Station / village Gsteig
 
Parking http://maps.google.ch
 
Carte interactive http://map.geo.admin.ch
Itinéraire http://map.geo.admin.ch
624a
 
Dénivellation ~▲ / ▼   1600 m
Cotation S3
Temps total effectué 7 h 30
 
  www.camptocamp.org    
 
Parcouru le dimanche 20 mars 2011
 

Après la répétition du vendredi 11 mars, voici les images de la sortie avec le groupe.

Le rendez-vous est fixé au environs du camping et du resto "Heiti" de Gsteig.
www.hotel-restaurant-heiti.ch

 

Le parking version google 2014.
Coordonnées GPS du parking:    46.381577 , 7.262726

http://maps.google.ch

La réussite de cette randonnée étant à une grande proportion due au mental, je suis heureux de l'aide de la petite couche de nuage qui m'évite de répondre à la question, où est le sommet?

 

La piste de ski n'est plus au top, et l'ambiance est vraiment "plouf".

 

C'est où qu'il est le grand beau annoncé?

 

Dans la forêt en dessus du ski lift, notre rando à ski se transforme en rando tout court. Malgré qu'un groupe de trois fixe solidement les skis sur le sac, je propose de les porter sur l'épaule pour les 5 minutes à peine que va durer cette traversée de forêt.
Pour finir c'était 450 mètres de distance avec 90 mètres de dénivellation, mais personne n'a rouspété. ouf.

 

A la sortie de la forêt nous rechaussons les skis et nous apercevons le passage clef, le fameux couloir.
Cela fait 637 fois que je me demande, avec corde? avec piolet? La pluie de ces derniers jours et le gel de cette nuit doivent immanquablement avoir transformé ce passage en patinoire.

 

Un groupe était présent au parking, et tactiquement je les ai laissé partir devant.
Ils vont forcement laisser des marches dans la neige dure ou la glace, c'est bon pour nous. De plus avec la vitesse de franchissement du couloir j'aurai une bonne indication des conditions.

 

La nappe de brouillard dans notre dos est bientôt résorbée, et nous nous sommes liquéfié rien qu'en pensant au passage suivant.

Seeberghore  2071 m
Nous sommes à l'aplomb du couloir plus personne ne parle, du stress?

 

Le premier passage n'est pas en très bonne condition, mais avec les chaînes c'est acceptable.
 
La suite passe finalement assez bien aussi . . .

 

. . . quelques bouts de chaînes ou de cordes ayant été judicieusement placés.

 

 
 
 

 

A la queue leu leu tranquillement est l'expression qui décrit le mieux le franchissement de ce couloir.

 

 

 

 

A la sortie du couloir j'imagine la tronche de ceux qui y arrivent à la descente alors qu'ils sont montés en hélicoptère, c'est la vengeance de l'alpiniste. :-)

 
De la neige fraîche sur les arbres, on se croirait en janvier.
 
Après l'ascension à pieds du couloir, il s'agit maintenant de travailler la conversion en forêt.
 

Y en a même qui reste tordu entre chaque virage.

 
 
 

Les périodes d'entraînement sont terminées, nous entrons maintenant dans un rêve. Neige fraîche et soleil.

 
 
Le Mittaghore  2334 m
 
 

Fini les épicéas et mélèzes, place aux longues combes ensoleillées.

 

Nous croisons les quatre premiers skieurs, ils sentent le savon. Eh oui, l'hélicoptère c'est pénible que pour le porte-monnaie.

 
 
 

Cette première combe tente de nous démoraliser, trop raide, trop chaud, trop long, mais rien n'y fera.

 

Enfin nous arrivons sur le replat.
Nous franchissons la frontière et nous pouvons à nouveau parler Français.

 

Le replat qui fait du bien.

 

La suite est interminable et c'est l'occasion de penser à rien, mais c'est encore trop.

 

Nous avons beaucoup de chance il y a vraiment peu de trace, la descente va être terrrrrible.

 
 
 

Le premier randonneur est certainement parti de nuit mais le résultat est là, il a fait la première trace.

 
 
 
 
Spitzhore  2806 m

La trace est sans fin et la chaleur pesante, mieux vaut ne pas avoir oublié la casquette.

 

La place d'atterrissage est squattée, je me demande ce que ferait l'hélico si les alpinistes sont bornés et refuse de bouger.

 

Le dernier petit becquet nous permet de réviser les conversions, certain rient jaune.

 
 
 
 
 

En une semaine une imposante corniche s'est formée d'Est en Ouest, étonnant.

Le sommet

Une dernière lutte dans les cailloux à fleur de neige, et ce sera le sommet.

 
 
Les Diablerets  3210 m  et  l'Oldenhorn  3122 m
 
Les Alpes Valaisannes

Le Sanetschsee à l'Est est franchement moins beau que cette automne, le blanc contre le bleu turquoise, y a pas photo.

L'Arpelistock  3035 m

Je visionne la Combe de Lapies di Bou qui ne va pas manquer de nous fatiguer les muscles du virage.

 

Et voici mes compagnons au sommet.

 

Nous effectuons l'échauffement dans la première pente. Elle est un peu stressante car sur la droite en descendant il y a la falaise et personne n'a envie de la surfer avec une plaque à vent.

 

C'est l'heure du ravitaillement et du serrage de chaussures.

 
Et c'est parti.
 

Cette pente a été bien assez large pour permettre à 20 skieurs d'y dessiner une trace exceptionnelle. Florian, tu traînes. :-)

 

Nous sommes si heureux de ce passage que nous décidons d'immortaliser nos tronches devant tant de S.

 

Un collègue ayant visionné ma photo me fait remarquer que les randonneurs à ski sont vraiment complètement dépassés avec leur vieux style de ski.
Pour lui cette pente méritait seulement deux zags à fond.  :-(

 

Nous on continue avec nos vieux virages, mais quel bonheur.

 
 
 

Le replat du bas de Lapies di Bou est le bienvenu, il permet de récupérer un peu de sang dans les cuisses.

Le Spitzhore  2806 m
 
Le Mittaghore   2334 m
 
Le Mittaghore   2334 m

Et ça repart dans les zigs.

 
 
Le Spitzhore  2806 m
 
 

Nous passons à raz l'épaule Est du Mittaghorn pour trouver une combe parallèle à celle de la montée. C'est bien mais d'autres ont eu la même idée avant nous.

Le Mittaghore   2334 m

La vallée de la Saane est visible maintenant.
C'est à 1000 mètres, mais pour cet hiver c'est désolant de voir le manque de neige.

 
 
 

Maintenant c'est la pente raide dans la forêt.
Certain en profite pour faire un bain de neige de refroidissement.

 
 
 

Et voilà le couloir, celui qui a perturber les esprits toute la montée.

 

Mais avec le soleil c'est différent.

 

Même la dernière pente de Topfel est skiable, que vouloir de plus.

 

Maintenant je peux montrer ce sommet tout là-haut, c'est celui qui était tout en bas quand nous étions au sommet du Gstellihorn. Moralité, mieux vaut ne pas savoir.

Le Mittaghore   2334 m

Avec le téléobjectif cette photo fait assez Népal.

L' Arpelihorn   2921 m

Celle-ci a été prise depuis la terrasse du bistrot.

Le Schluchhorn   2579 m

Peu avant la station de Reusch, nous nous arrêtons pour photographier la face Sud-ouest.

Le Gstellihorn   2820 m
 

Mon point de vue:

La combe de Lapies Di Bou est très large et vraiment très belle à skier, mais elle se mérite. L'approche de 800 mètres de dénivellation s'effectue en forêt avec des passages bien raides.

Le franchissement du couloir n'est pas forcement délicat, mais c'est un vrai casse tête d'y aller par bonne condition.
- En 1985 je le franchissais skis aux pieds, mais une semaine après une avalanche mortelle y emportait un groupe de skieurs alors qu'il n'y avait pas eu de nouvelle chute de neige.
- Ce 20 mars le parcours s'effectuait à pied sans crampons, mais cela risque de ne pas durer avec la neige fondante la journée et le gel la nuit.
 

Regarder les photos de mon parcours sans neige,   -> ici <-   et vous comprendrez mieux mes conseils ci-dessous.
- Ayez le même comportement que sur un glacier mis à part la corde . . . ce serait exagéré.
- Pas d'attroupement serré.
- Pas de déplacement sans skis aux pieds.
- Ne pas skier dans les petites cuvettes.
- Ne pas sauter les bosses sans connaître ce qu'il y a derrière.

Pour les sceptiques, lire cette article sur une autre randonnée avec des trous.     www.camptocamp.org

 

 


A voir également

Le Gstellihorn depuis Gsteig via son sentier sécurisé....7 octobre 2010
 

Le Gstellihorn en skis depuis Gsteig..............................11 mars 2011

Le Gstellihorn en skis depuis Gsteig..............................20 mars 2011
 

 

Randonnée effectuée le dimanche 20 mars 2011,  avec Christian, Florian, François et Jean-Benoît

Publicité google

 
 
 
 
 
 
Accueil Randonnée   Recherche
 

Auteur: