Mise à jour le samedi 20 février 2016

 
       
Accueil Randonnée   Recherche

La Para   2540 m

 
Station / village L'Etivaz
 
Parking http://maps.google.ch
 
Carte interactive http://map.geo.admin.ch
Itinéraire http://map.geo.admin.ch
543a
 
Dénivellation ~▲ / ▼   1360 m
Cotation S2 / S3
Temps total effectué 6 h 00
 
wikipedia www.camptocamp.org www.camptocamp.org  
 
Parcouru le jeudi 28 février 2013
 


Ce sommet fait partie d'un des cinq premiers sommets que j'ai eu la chance de gravir enfant. Connaissant les habitudes de mon père nous nous étions certainement levé au milieu de la nuit pour profiter des heures fraîches, ce que je détestais.
En skis j'y suis monté une fois en 1985, comme tout s'était passé sans histoire autant dire que je n'en ai aucun souvenir, mais heureusement j'avais eu la bonne idée de noter le nom du sommet et la date de l'ascension.

Mais comme tous les randonneurs et alpinistes de Suisse ainsi que les coureurs à pieds, ce sommet nous remémore le triste souvenir du 6 mars 2002.  www.swissinfo.ch
Durant cette randonnée solitaire j'ai forcément repensé aux quelques fois où j'ai croisé Franziska, et particulièrement la première où elle m'avait "soufflé" lors de la course des Traînes Savates. C'est qui ce bolide avais-je pensé alors qu'elle me passait à côté.
 

 
Mais avant les photos de ma rando, que dit la webcam ?
Webcam du site:  www.cevic.ch

Le parking version google 2014.
Coordonnées GPS du parking:    46.419120 , 7.150343
Le parking bien pour un jeudi, mais comme il n'a qu'une dizaine de places il faut probablement se lever tôt le week-end.

http://maps.google.ch

L'ambiance est comme l'eau du coin, froide.   - 8 °

 

Mais il suffit de regarder en face pour retrouver instantanément l'envie d'aller en haut.

 

L'échauffement
25 minutes pour 94 mètres de dénivellation

 

La trace est bien marquée sur le bord de la route, alors go.

 

Pas bon pour le moral, le sommet est en vue depuis le début de la rando.

 

C'est celui du milieu.

 

Première bifurcation, premier doute, mais il faut toujours rester sur le chemin le plus bas.

 

Chemin ou plutôt route d'alpage sans histoire, vous pouvez somnoler pendant que les jambes avancent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vraiment proche ce sommet, le pylône est bien visible.

 

 

 

Premier contact avec le soleil, on enlève la veste, on met de la crème, on enfile les lunettes. Simple la rando à skis.

 

Sur la droite, la pente de l'itinéraire du Tarent.

 

 

 

Le jeu de quilles
1 heure pour 480 mètres de dénivellation
( pourquoi jeu de quilles ? . . . voir les photos )

 

La trace est belle, la neige est belle, le soleil brille, que du bonheur. Merci aux 4 prédécesseurs.

 

Retour à l'ombre dans la pente glacée sous les Maulatreys

 

 

 

 

 

 

 

Rien de spécial, de gros zig et zag à l'ombre dans une pente gelée que l'on ne se réjouit pas de skier.

 

 

 

Le sommet toujours en vue, mais celui du Tarent également.

La Para  250 m  ,  le Tarent  2548 m  ,  l'Aiguille  2412 m

Et c'est parti pour le jeu de quilles, mais qui est la quille ?  vous bien sûr.

 

 

 

Durant 30 minutes l'itinéraire traverse le pied des Arpilles et ses nombreux couloirs.
Il ne faut vraiment pas passer là les premiers jours après les chutes de neige.

 

 

 

Ces blocs de neige dure sont bien beaux quand même.

 

L'itinéraire pas facile à trouver à cause des coulées suit toujours le ruisseau à quelques mètres, mais sur la rive droite.

 

 

 

En dessus de nos têtes, encore un couloir.

 

La coulée suivante.

 

 

 

 

 

Et je retrouve une trace.

 

 

 

 

 

 

 

La trace devient très belle, avec le soleil en prime mais . . . .

 

en dessus de nos têtes, toujours la menace.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La montée au Col de Seron
1 heure 05 pour 400 mètres de dénivellation

 

Les passages techniques ont bien ralenti mes prédécesseurs, mais maintenant que tout est plus facile je ne les rattraperai plus.

 

 

 

 

Toumalay (du haut)

 

La Para  250 m

 

 

 

La Cape aux Moine  2351 m

Soyons clair, cette montée au col de Seron est interminable et vu la pente pas vraiment intéressante à skier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La corniche, la corniche, la corniche, la corniche . . . . 

 

 

 

 

Les Arpilles  (la Tête à Josué)  2133 m

 

 

 

 

 

 

 

Les Arpilles  2133 m

 

 

 

 

 

La Cape aux Moine  2351 m

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Youpiiiiiiiii je ne suis plus seul, je vais pouvoir faire le grand bavard d'altitude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis au col de Seron, l'Oldenhorn, le Sex Rouge, les Diablerets et la Tête Ronde sont en face.

 

L'ascension finale.
55 minutes pour 387 mètres de dénivellation

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe qui me précédait fait une pause et me laisse une chance d'arriver avant eux au sommet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sommet est en vue enfin, raz le bol de cette côte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'y suis . . .

 
 
 

Un petit tour d'horizon.

Le Tarent  2548 m

Tout au loin le Jura.

 

Les Diablerets village et sommet dans les nuages.

 

Le Vallon de l'Eau Froide d'où je viens.

 

Le Vallon de la Torneresse entre les Arpilles et le Witteberghore.

 

Les sommets proches sont la Cape au Moine, l'Arnehore et la Palette.

 

Entre autres le bien pointu, l'Oldenhorn.

 

Et le groupe arrive, fini les photos.

 

Mais quand même la vidéo.

 

Le retour, première partie.
Jusqu'au Toumalay, pas de modification notable par rapport à la montée.

 

Départ dans la pente raide du sommet.
Malgré l'impression donnée par la photo, il ne faut pas se rater car à droite c'est la falaise assez rapidement, et à gauche c'est la corniche.

 

 

La Para  2540 m

Cette tristement célèbre corniche qu'il faut absolument éviter en restant bien dans la pente à gauche.

 

 

 

Environ 350 mètres plus bas que le sommet de la Para, ce bec rocheux bien visible depuis les Diablerets se nomme la Tornette, sujet de bien quelques confusions

 

Ci-dessous le sommet que j'ai probablement le plus visité jusqu'à mes 16 ans.

La Palette d'Isenau  2170 m

Beaucoup de traces jusqu'au Col de Seron, mais comme la neige est toujours légère ce n'est pas dérangeant.

 

Ce sommet est un des rares que j'ai gravi sans avoir noté la date.  :-(

La Cape aux Moine  2351 m

Avant de partir dans le versant Nord, un dernier coup d'oeil sur le massif des Diablerets orné de la verrue de  l'arrivée du télé.

 

Une belle petite pente avant d'entamer la longue traversée descendante sur Toumalay.

 

 

 

Quand même quelques belles courbes bien éphémères.

 

Position traversée maintenant.

 

 

 

Six virages de suite, presque inimaginable dans ce bout de parcours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et j'arrive au Toumalay.

 

Pour dire vrai cette traversée n'est pas désagréable, mais ce n'est pas du beau ski.

 

Le retour, partie centrale
De Toumalay il ne faut pas retourner dans le vallon au pied de l'Arpille, trop dangereux, mais rester dans la clairière au Nord puis sur le haut de la "crête" jusqu'au Pt. 1499.
Ensuite c'est le cheminement de la montée qu'il faut suivre.

 

Départ sous le câble du télé.

 

Puis dans la clairière bien raide.

 

 

 

 

 

 

 

Quelques sapins à contourner sur le bas.

 

Puis retour sur la rive droite du ruisseau.

 

La suite c'est le plaisir de traverser les coulées aux blocs bien dures.

 

 

 

 

 

La pente ensoleillée depuis bien des heures est carrément inskiable sans skis nautiques.

 

 

 

 

 

 

 

Le retour, partie finale
C'est la route, plus besoin de savoir tourner, juste freiner si nécessaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon point de vue:

- C'est une jolie rando avec quand même une dénivellation respectable et bien de la distance à parcourir.
- Vu l'altitude pas très élevée, je ne suis pas certain que les conditions sont bonnes pour le ski chaque année.

- De mon point de vue, il n'y a que la partie sommet -> 100 m sous le col de Seron qui est très belle à skier. La suite à part quelques petites zones correspond plus à du franchissement.

- La traversée sous l'Arpille doit être carrément dangereuse après des chutes de neige.
- Dans les topos il est conseillé de monter par l'itinéraire que j'ai utilisé à la descente.

 

 . . .  ne manquez pas de lire  Vol avec les Anges  de Paula, et d'en faire bon usage selon son désir . . .

 

 


A voir également

La Para.........................................28 février 2013

Le Pic Chaussy...............................16 mars 2013

Le Tarent..........................................2 mars 2014

La Tête à Josué..............................7 février 2015

Le Châtillon..................................18 février 2015
 

 

Randonnée effectuée en solitaire le jeudi 28 février 2013

Publicité google

 
 
 
 
 
 
Accueil Randonnée   Recherche
 

Auteur: